Commune de Choisy-au-Bac

Histoire et patrimoine


Ce diaporama nécessite JavaScript.

Choisy-au-bac qui s’appela tour à tour Caussacien, Choisyacum, Choisy en Laigue, Choisy sur Oise s’est établi au confluent de l’Oise et de l’Aisne, sur une plaine alluvionnaire qui a conservé des vestiges d’habitations préhistoriques, adossée aux collines boisées de la forêt où ses habitants trouvèrent tant de fois refuge à l’approche des envahisseurs.

Vue aérienne ville de Choisy-au-Bac
En effet, au cours des siècles, situé en lieu de passage historique, Choisy a subi de nombreuses invasions et destructions : combat des légions romaines de Jules César contre les Bellovaques de Corréus, passage des Vandales et des Suèves de Gondéric, visite de Clovis venant de Soissons, pillage par les Normands le jour de Noel 895, puis par les Anglais de la guerre de 100 ans, les Coalisés repoussant Napoléon.

 

Durant la guerre de  1914-1918 Choisy-au-Bac a particulièrement souffert, ce qui lui vaut la croix de guerre. Mettant fin à l’occupation Allemande, le

Eglise Sainte Trinité commune de Choisy -au-Bac1er Septembre 1944, les Américains libèrent Choisy-au-Bac.
Mais c’est durant les périodes Mérovingiennes et Carolingiennes que Choisy-au-Bac connut son apogée. Un palais royal, rendez-vous de chasse fréquenté par les rois, les dignitaires Francs, les Reines et les Dames de la cour, fut édifié non loin de la rive droite de l’Aisne. L’abbaye Saint-Etienne, fondée par Dagobert 1er, accueillit plusieurs synodes. Childebert IV, Dagobert IV, Clotaire IV notamment, y furent inhumés.

La Reine Berthe, épouse de Pépin et mère de Charlemagne, mourut à Choisy-au-Bac le 12 juillet 783 et y fut enterrée. Son fils Charles vint à plusieurs reprises consulter le célèbre moine érudit irlandais Alcuin.

commune de Choisy-au-Bac pourAujourd’hui, l’Eglise de la Trinité, classée monument historique, théâtre de concerts de musique classique, témoigne du passé prestigieux de la Cité Royale des Mérovingiens et des Carolingiens. Des fouilles archéologiques ont mis à jour un habitat préhistorique et surtout un four à traiter le minerai de fer, unique en son genre dans la région. Ces vestiges précieux sont installés au Musée Vivenel à Compiègne.